Signes, messages et synchronicités pour chercheurs en mission d'âme…

Vivre dans une maison hantée

entite-mademoiselle-bien-etreVoilà, je reprends la plume après plusieurs semaines de silence. Ce silence était volontaire. En effet, je vivais alors dans une maison hantée. Une vraie. Remplie d’entités de toutes sortes. Un véritable film…. Je me suis refusée à écrire tant que j’y vivais car, comme j’écris en « connexion », le risque était trop grand de capter ce que ces entités voulaient me voir transmettre. Et ça n’aurait pas été très lumineux.

Mais je viens de quitter ce lieu. Alors je me précipite sur mon clavier pour vous raconter tout ça. Je vais vous livrer mon expérience à travers plusieurs articles qui vont se suivre. Car j’ai vraiment envie de partager avec vous à la fois les faits, mais aussi mes compréhensions et mes évolutions liées à cette expérience très particulière.

Un super changement de vie

Tout a commencé l’année passée, quand mon compagnon a obtenu une mutation pour que nous puissions vivre en province. Nous voici donc désormais dans les Deux Sèvres, à la campagne, au calme. Il nous a fallu trouvé un logement. Nous avons donc pris quelques jours et sommes venus visiter des maisons. Et celle-ci, cette fameuse maison hantée m’a littéralement appelée et choisie ! En effet, nous ne visitions que des maisons qui ne nous plaisaient pas. Alors, l’avant dernier soir, je propose à mon compagnon de demander en même temps que moi à l’Univers de nous envoyer la maison qui sera la plus juste pour nous tous…

projet-maisonLe lendemain, au réveil, nous voyons une annonce que nous n’avions encore pas vue. Nous rencontrons le propriétaire dans l’heure. Nous étions les premiers à nous manifester depuis la parution de son annonce. Nous ne pouvions pas entrer à l’intérieur car la locataire du moment n’était pas là. Mais nous voulions déjà voir l’extérieur et vérifier qu’il n’y ait pas une route trop passante à proximité. Nous voilà donc depuis 2 minutes montre en main dans la cour de la cette maison, accompagnés de ce propriétaire que nous ne connaissions ni d’Eve ni d’Adam et qui nous donnait déjà des grandes tapes dans le dos en nous disant : « vous savez, je ne sais pas pourquoi, mais j’aimerais vraiment que ce soit vous mes prochains locataires ! Parfois, ça passe entre les gens, et avec vous je sens que ça passe super bien ! ». Avec le recul, je pense sincèrement qu’une des entités lui parlait dans l’oreille et le guidait dans son choix….

Nous étions déjà conquis. Le lendemain nous visitions l’intérieur et le soir même nous étions en train de signer le bail. Un affaire rondement menée. Et nous emménagions deux mois plus tard, fin août. Nous avons alors profité d’un magnifique été indien et avons passé tout notre temps à l’extérieur jusqu’à début novembre. Nous étions dans la maison surtout pour dormir.

Jacqueline, le fantôme

jacqueline-le-fantome-de-ma-maisonJe savais qu’il y a avait une entité dans cette maison. A priori, elle m’attendait car nous avions une histoire karmique à régler. Cette entité, c’est Jacqueline (je vous parle d’elle ici). J’ai évidemment fait le nécessaire pour faire vérifier que la maison était saine énergétiquement. Un bon gros travail a été effectué. J’étais donc rassurée. Et je percevais en effet Jacqueline. Mais rien d’agressif.

Et puis, l’hiver est arrivé. Nous avons alors passé de plus en plus de temps à l’intérieur. Et là, tout a basculé… Dès que la nuit tombait, nous sentions des présences, nous avions la sensation d’être observés. L’ambiance de la maison devenait lourde et pesante. Mais au début, nous avons mis ça sur le compte de l’hiver, du manque de luminosité (c’est une vieille maison) et de la nuit qui tombe plus vite. Mais tout de même, l’explication semblait légère. Et très vite, nous avons eu droit à un florilège de manifestations dignes d’un film !

La guitare cassée

Outre cette ambiance bizarre, la première manifestation a été bluffante ! En effet, depuis que nous sommes arrivés dans cette région, mon chéri a commencé à prendre des cours de guitare. Il se trouve que notre propriétaire avec qui nous avions sympathisé, lui en a donné une dont il ne se servait plus. Il commence donc à prendre ses cours et « gratte » un peu chaque soir. Et chaque soir, il la pose contre un mur, posée au sol.

Un matin comme les autres, nous nous levons et surprise !! La guitare est cassée en deux, toute seule ! Les 2 morceaux gisent sur le sol, à l’endroit où il l’a laissée la veille…Étant donné que j’ai des amis musiciens, dont certains guitaristes, je me suis rapprochée d’eux pour savoir si cette cassure était habituelle. La réponse est claire : non ! Il faudrait que les cordes soient trop tendues, que la colle soit trop sèche et/ou qu’il y ait un changement de température extrême et violent pour que ce soit possible…

La corde

Je commençais à me demander ce qui se tramait….Mais nous restons cartésiens, et le Père Noël apporte une autre guitare à mon compagnon. Il l’a fait donc préparer, un professionnel lui posant et lui accordant les cordes. Quelques jours plus tard, en rentrant du travail, il retrouve sa guitare, toujours au même endroit, mais cette fois avec une corde cassée, toute seule ! Il retourne donc au magasin où le vendeur lui dit : « vous savez, il parait qu’il est déjà arrivé dans de très rares cas qu’une corde de guitare se casse toute seule ! » sur un ton qui supposait que cela relevait du paranormal … Oui et bien justement… !

Le « monstre »

Mais cette guitare n’a été que le début d’une longue série… Il y a eu la nuit où notre fils nous a rejoint dans notre lit, effrayé et qu’il s’asseyait entre nous en nous montrant l’entrée de la chambre d’amis et disait : « là là !! le monstre !! ». Et quand on lui demandait de nous expliquer ce qu’il voyait il répondait : « un monsieur qui avance vers moi !! Mais il a des yeux bizarres, tout rouges !! » Brrr !!!!

La photo sortie de nul part

Il y a eu aussi cette photo sortie de nul part : un soir, mon chéri trie des papiers. Il tombe sur une séries de photos imprimées de ma grossesse et de la naissance de notre fils. Et au milieu, la photo d’un homme et d’un bébé. Nous n’avons jamais vu cet homme, ni ce bébé, ni la maison dans laquelle cette scène a été photographiée ! J’envoie la photo à mes parents car ce monsieur semblait avoir dans leurs âges. Ils ne l’ont jamais vu. J’ai vécu en colocation avec une amie il y a quelques années, je lui envoie aussi la photo. Elle ne l’a jamais vu… Du côté de mon compagnon, pareil… Et au moment où je dis à haute voix : « mais c’est bizarre ! C’est qui ce monsieur !! », l’ampoule de la cuisine se met à clignoter….Je commence donc à penser qu’il est là, avec nous. Ce que je me fais confirmer par une amie médium. Un petit travail a été fait pour le faire passer de l’autre côté. Mais comment cette photo a pu se matérialiser comme par magie ? Mystère !!

La projection sur le mur

vivre-dans-une-maison-hanteeUne autre fois, je m’assoupis sur le canapé. J’étais au tout début de ma grossesse et je dormais tout le temps ! Il faisait beau ce jour là, même si c’était en plein mois de janvier. Je me réveille et je vois au dessus de moi, sur le mur, une projection lumineuse incroyable : un visage couronné d’un diadème ! J’appelle mon chéri qui me confirme ce que je voyais. Il attrape alors un torchon qu’il pose devant la fenêtre pour obturer la lumière et comprendre d’où vient cette projection. Mais même en obturant toute la fenêtre, l’image restait ! Puis elle est partie comme elle est venue…

Le four qui s’allume seul

Dans les manifestations disons plus « classiques », nous avons bien sur eu souvent les ampoules qui clignotent puis qui « claquent », mais aussi le four qui régulièrement s’allumait tout seul. J’ai tout essayé pour voir si en posant un torchon sur la poignée il était possible de bouger le bouton, je n’ai jamais réussi. Vraiment ce four s’allumait tout seul ! Et curieusement, il n’y a que moi qui m’en apercevais…

Du côté des appareils électriques, il y a aussi eu le sèche cheveux : le 31 décembre nous disons à haute voix que nous allons quitter cette maison, car nous n’en pouvions plus de toutes ces manifestations et de tout ce mal être. Le lendemain, la cabine de douche me reste dans les mains. Puis je sèche les cheveux de mon fils, pas de souci. Je sèche les miens, le sèche cheveux m’a littéralement explosé au visage. J’ai vraiment eu beaucoup de chance ce jour là qu’il ne m’arrive rien !

Les voix et les visages

Régulièrement le soir, au moment de m’endormir, ou en plein milieu de la nuit, j’entendais des voix dans mon oreille. Des voix qui m’appelaient par mon prénom, qui m’interpelaient. Et en fermant les yeux, je voyais des visages se dessiner… Toujours différents, jamais les mêmes !

Tout comme régulièrement je voyais apparaitre dans la buée des vitres ou de la douche ou dans les motifs du lino au sol, des visages. A priori, des têtes de démons.

Et cette fois encore où en me réveillant en pleine nuit, j’ai vu au-dessus du visage de mon compagnon, une silhouette/ombre planer….

La fumée

Une manifestation énorme est arrivée aussi dans les derniers jours que nous avons passé là-bas. D’ailleurs je me suis dit : « wouahh, là on nous lance vraiment les dernières cartouches ! ». Je couche notre fils et je redescends voir mon compagnon. Il me fait alors sentir l’odeur de fumée/cramé qui envahissait le salon. Mais nous avons supposé qu’une mouche ou un insecte avait atterri dans l’halogène.. Puis je monte me coucher. Et quelques minutes après, je sens la même odeur à l’étage. Mon chéri monte. Il vérifie à la cave et au grenier qu’il n’y ait pas de souci avec la VMC et la chaudière. Aucun problème ! Puis nous ouvrons les volets et voyons alors une épaisse fumée autour de nous. Cela venait donc de l’extérieur.

J’étais prête à appeler les pompiers. Mais mon compagnon a préféré faire un tour du quartier pour voir s’il voyait d’où cela venait. Et surprise : la fumée entourait uniquement notre maison ! Et elle a disparu comme elle est apparu.. Le lendemain j’ai demandé à notre voisine (une maison mitoyenne) si la fumée l’avait dérangée. Elle n’a rien vu ni rien senti du tout ! C’était vraiment pour nous….

La chute dans l’escalier

Une autre fois encore, notre fils monte les escaliers. Nous entendons un grand BOUM suivi par un pleur déchirant ! Il venait de tomber, la bouche ouverte sur l’escalier en marbre… Deux dents se sont enfoncées dans sa mâchoire ! Je venais juste de raccroché le téléphone car j’étais en ligne avec Maima qui avait enfin l’autorisation de m’expliquer ce qui se passait réellement dans cette maison (mais je vous explique tout dans un prochain article). Résultat : urgences, le jour de mon anniversaire… En sachant qu’avant de raccrocher, Maima m’a dit : « Oh je sens que ce que je te dis dérange… ». Et le lendemain, notre fils nous dit : « hier c’est un tout petit monsieur qui m’a poussé ». Et dans cette maison, il y a de tout : des défunts, des entités de toutes dimensions confondues, mais aussi des trolls, des gnomes et des lutins…

L’impact sur notre comportement

Et puis il y a toutes ces manifestations plus difficiles à voir car elles se passaient à l’intérieur de nous. En effet, ces entités sont venues nous parler dans nos oreilles, nous « dictant » et influençant notre comportement. C’est ainsi que je nous ai vus nous crier dessus, nous maudire, nous « chercher », alors que ce n’est pas du tout dans notre habitude et absolument pas notre façon de fonctionner. Nous sommes dans un respect total l’un envers l’autre. Mais le jeu de ces énergies était (entre autres !) de nous faire nous séparer. D’ailleurs, le couple qui a vécu là avant nous n’a pas résisté et s’est séparé au bout de quelques semaines.  En ajoutant à cela que certaines entités prenaient plus partie pour l’un ou pour l’autre (ou pour notre fils) et se mettaient en « mode protection » de l’un ou de l’autre…..

Il y a eu aussi « l’effet » sur nous. Personnellement, quand je passais trop de temps dans la maison, je me sentais me ramollir, me vider, je n’avais plus d’énergie. Je n’avais plus envie de rien, comme un état dépressif qui s’installe progressivement. Alors que ça non plus, ça ne fait habituellement pas partie de mon mode de fonctionnement ! Et dès que je quittais la maison et que je parcourais une dizaine de kilomètres, je me sentais me « regonfler » d’énergie et je retrouvais ma joie de vivre !

Et puis il y a eu toutes ces nuits d’insomnie, autant pour moi que mon compagnon qui est pourtant un « champion du sommeil » !! Nous avons fini sur les rotules, totalement exténués !

Ne pas pouvoir partir

Et puis est venu le jour où nous avons décidé de partir. Et que nous avons commencé à chercher une autre maison. Visiblement, les énergies de la maison n’étaient pas d’accord. Il faut dire que nous étions de jolis morceaux à dévorer : un couple, dont l’un travaille en « connexion », un petit garçon bien « branché » aussi et en plus, cerise sur le gâteau, un bébé en route.. Il y a avait de quoi se délecter !

Alors, partir n’a pas été du tout une mince affaire ! Ça a commencé par le jour où j’avais programmé les deux premières visites. Je suis tombée malade le matin même. La grippe m’a prise d’un coup, d’un seul ! Mais j’ai la tête dure et j’ai décidé que j’irais tout de même (j’avais compris que c’était un tour de mes « copines » !). Je décide alors de me reposer et je m’allonge sur mon canapé. L’heure du premier rendez-vous arrive. Je me lève, malgré la fièvre (je dégoulinais de sueur) et le froid glacial qui m’attendait dehors. Sauf que… je me suis coincée le dos en me levant ! Mais j’y suis tout de même allée, au moins pour « montrer » que tout ça ne m’arrêterait pas. Mais ces maisons ne convenaient pas.

Alors, nous avons continué à chercher. Et nous avons eu droit à tout un tas de « blagues » plus curieuses les unes que les autres lors des visites. Le clou du spectacle a tout de même été cette maison qui correspondait en tous points à nos attentes. La maison idéale sur le papier. En entrant dans le village, nous avons ressenti un petit malaise. Tout nous semblait trop calme… Nous n’avons croisé ni une voiture, ni un seul piéton dans tout le village. Mais ce n’était pas très grave. Nous visitons donc cette maison. Parfaite. Grande, bien entretenue. Un joli jardin, un très grand garage. Le propriétaire se présente et nous nous apercevons qu’il porte le même nom de famille que le propriétaire de la maison hantée. Ce n’est pourtant pas un nom très courant. Mais qu’importe, nous n’y prêtons pas plus attention que cela. C’est tout à la fin que nous avons compris que tout ceci était une vaste blague, quand il nous a demandé : « vous ne les avez pas vues ? ». Heu, de quoi nous parlait-il ? « Les deux tombes dans le jardin, vous ne les avez pas vues ? Et il y en a dans tous les jardins du village. Il y a aussi des galeries souterraines partout. » (ce qui est un désastre en terme géobiologique…). Nous ne savions plus si nous devions rire ou pleurer….

Le prêtre exorciste

La porte de sortie, nous l’avons trouvée grâce à un prêtre exorciste, le Père Pascal. Notre demande était la suivante : qu’on nous laisse partir. Nous avions compris depuis longtemps qu’aucune solution à long terme n’était envisageable. Cette maison est un lieu de passage et d’apprentissage, mais elle n’est pas réellement nettoyable. Alors nous voulions juste pouvoir partir. Il a donc fait un travail sur nous et sur la maison : 90 jours de prières quotidiennes, et nous a demandé de faire aussi des rituels nous-mêmes. Je n’ai jamais autant prié. Je m’endormais chaque soir en récitant des prières.Étant donné que je suis enceinte, son travail n’a pu se faire qu’à distance (car c’est tellement puissant que j’aurais pu perdre ce bébé). Nous lui donnions des nouvelles régulièrement afin qu’il « ajuste » son exorcisme.

Au début, tout a été « réactivé ». L’ambiance était encore plus glauque, de mon côté, je me sentais oppressée, surtout au niveau de mon plexus solaire, parfois à en avoir du mal à respirer. Puis, au bout de trois semaines, son travail  a vraiment porté ses fruits et nous avons senti un allègement dans l’énergie autour de nous. Nous avons aussi commencé à nous « détendre ». Puis nous avons trouvé LA bonne maison et avons pu commencé à nous imaginer ailleurs.

Vous l’aurez compris, vivre dans une maison hantée (une vraie…), ce n’est pas de tout repos ! Mais il est évident, je peux le dire aujourd’hui, que tout ceci avait un sens et a servi mon évolution. Mais je vous en parlerai dans un prochain article…

8 commentaires
  1. Et bien ! Sacrée expérience tout de même … Connaissez vous Nathalie Augot ? Elle est installée au Canada et donne des soins énergétiques et des webinaires sur Conversation Papillon quelquefois , elle a vécu la même chose , si cela peut vous consoler . En contrepartie, ces difficultés ont été le départ de sa nouvelle carrière . Je pense aussi que tant que l’on n’est pas confrontés à ses ombres , on ne peut pas avancer spirituellement . Alors vous avez un autoroute devant vous à présent ! Merci d’avoir partagé votre expérience, à bientôt de vous lire .

  2. Eh bien quel récit !
    Je ne sais pas si j’aurais eu le courage d’affronter tout cela, j’en suis effrayée rien qu’à la lecture !
    Bon courage pour la suite !

  3. Merci pour ce temoignage. Jai vecu deux fois dans des lieux habites. Une fois enceinte et je me faisais frapper le ventre beaucoup de manifestations jusqua ce que je contacte lentite et laide a passer et dernierement en Guadeloupe dans 1 appartement qui a ete construit sur un cimetiere desclaves….mais je ne le savais pas au debut la cetait beaucoup plus violent et jai vu entendu que cette entite voulait me tuer.. Horrible annee a essayer de partir. Je nai du le salut qua la fuite. Ce sont des experiences que lon noublie pas.

    ut

  4. J’ai vécu cela aussi à travers ma mère, c’est horrible et à l’époque j’étais adolescente, donc je m’en souviens très bien. Tout cela a malheureusement mal fini et les évènements qui ont suivi cette période semble – et sont certainement liés à du paranormal et de la magie noire.
    Pour vous, heureusement que vous étiez de la partie et que vous avez su vous défendre.
    Merci pour ce témoignage ô combien révélateur.
    Bien à vous,

Laisser un commentaire


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.