Signes, messages et synchronicités pour chercheurs en mission d'âme…

L’histoire d’Emilie suite – Une anecdote de Corinne

Cet article fait suite à celui-ci

Après cet épuisant combat, nous sommes revenues chez Emilie pour passer le restant de la journée ensemble, faire le point sur ce qui c’était passé car quelque chose m’avait vraiment contrariée et il fallait que je le comprenne. Affalées sur le canapé, nous nous remémorions, tout en prenant tout cela comme un jeu (du coup nous avons beaucoup rit), surtout quand Françoise avait ouvert la porte de sa maison, avait vu la tête d’Emilie, les cheveux ébouriffés, le maquillage qui avait coulé et ses joues toutes rouges alors que pour moi tout était ok.  On évita de commenter devant les enfants, Emilie aurait l’occasion, quand elle retournerait chez Françoise de lui raconter le pourquoi de cette tête à l’envers qui nous avait toutes fait rire.  Mais le plus hilarant c’est quand Emilie avait pu apercevoir sa tête dans le miroir de l’entrée et qu’un fou rire général éclata.  Sa réaction avait été de dire : « Mais que m’est-il arrivé ? »  Et là, j’avoue que j’avais eu une certaine inquiétude.

L’histoire d’Emilie suite

incorporationTout doucement, sans vouloir lui faire peur, je voulais amener Emilie à prendre conscience qu’il y avait un problème avec ses incorporations.  Il fallait qu’on en discute sérieusement et je souhaitais qu’elle me raconte comment s’étaient passées ses premières incorporations avec les Maîtres Ascensionnés.  Elle me les décrivit : « Ils arrivent dans leurs habits de lumière, m’informent de leur présence et comme d’un commun accord, ils rentrent en moi, comme s’ils m’invitaient à me diriger dans une pièce à l’intérieur de mon corps où je suis spectatrice de tout ce qu’ils disent ou qu’ils font.  Pareil, quand ils ont terminé, ils me remercient et se retirent avec douceur et respect puis je reprends ma place comme si une porte s’ouvrait devant mes yeux alors je l’emprunte et je regagne mon intérieur.  Après, je me sens très bien, ni fatigue, ni courbature. »  Là, j’en profitais pour lui demander comment se faisait-il que lorsque la mauvaise entité chez Françoise l’avait incorporée, elle ne l’avait pas senti arriver et qu’elle ne se souvenait pas de ce qu’elle avait fait ou avait dit, comme quand les êtres de lumière le font ?

Un grand silence s’en était suivi de sa part, comme si elle prenait conscience peu à peu de quelque chose d’anormal.  Je vis son visage blêmir, ses yeux fixer les miens comme pour en attendre une réponse.  Je la laissais quelques instants avec elle-même car je voulais vraiment qu’elle comprenne que tout cela ne devait plus se reproduire parce que si elle ne contrôlait plus ses portes cela allait être l’ouverture à tout et n’importe quoi et cela ne je ne voulais pas l’envisager.  Voyant son désarroi, je finis par lui dire : « Mais qu’as-tu fais pour que ton taux vibratoire change et que du coup une porte pour capter le négatif s’est ouverte ? » ; « Je n’en sais rien, je ne comprends pas ! » répondit-elle.

Mener l’enquête pour comprendre

nettoyage-corps-energetiquesIl fallait à tout prix que je mène mon enquête.  Je ne pouvais pas lui demander d’appeler un de ses guides car maintenant je n’étais plus sûre de qui pourrait se présenter.  Je m’étais même demandé si elle ne me cachait pas quelque chose.  Je lui conseillais, pendant quelques temps, de ne plus faire appel à qui que ce soit et surtout de ne plus prendre de clients tant que nous n’avions pas résolu le problème.  Elle me le promit.  Du coup, je la quittais beaucoup plus rassurée, non sans avoir au préalable purifié sa maison et tous ses corps.  De temps en temps, je l’appelais pour savoir comment elle allait et si elle avait cessé tout contact clientèle, ce qu’elle me confirmait.  Pour ma part, je continuais à recevoir la mienne jusqu’à ce qu’une cliente m’appela en me précisant qu’elle venait d’avoir mon amie Emilie qui lui avait fait une guidance et qu’elle souhaitait qu’on puisse travailler sur ce que ses guides avaient vu.  Je fus choquée d’entendre cela car elle avait décidé de ne pas suivre mes conseils.

Après avoir terminé ma journée, je pris le téléphone pour connaître sa version et comprendre sa décision.  Je fus encore plus choquée de l’entendre minimiser le dernier épisode et dire qu’il n’y avait pas de quoi s’affoler.  Malgré notre conversation d’une heure pour essayer de la convaincre, en vain, on décida, avec notre amie commune Cathy, de lui rendre visite en pensant, peut-être, qu’à deux on aurait plus de chance.  Arrivées chez Emilie, nous nous sommes installées dans sa véranda devant un café où l’on commença à discuter de la famille, des enfants, etc.  Quand ce fût Emilie qui prit la parole pour nous faire partager sa joie des travaux qui allaient être réalisés dans sa maison, tout à coup, son regard devint vide, son visage se figea et on crut qu’elle allait nous faire un malaise, mais non !!!  Remarquez, j’aurais presque préféré.

Une entité hindou

incorporation-entiteOn comprit qu’elle venait de se faire incorporer, en plein milieu de notre conversation, une voix différente de celle d’Emilie sortit de sa bouche et une entité qui se présenta comme étant une Hindou et qui se prénommait Nayana (ce qui veut dire “l’Œil”) délivra un message qui m’était adressé : on m’attendait en Inde pour aider les enfants et de ce fait, j’irai prochainement dans ce pays.  Le temps de comprendre ce qui venait de se passer, je chassais cette entité et comme si rien ne s’était passé, Emilie reprit sa conversation là où l’entité l’avait coupée.  Avec Cathy, on n’en revenait pas, elle ne s’était aperçue de rien !  Il fallait qu’on l’alerte sur ce qu’elle venait de vivre. Elle eut beaucoup de mal à nous croire et encore une fois, trouva cela sans gravité.  Ce n’était pas possible d’être si inconsciente et comment lui prouver ce qu’elle venait de vivre car ce que j’avais compris, c’est qu’elle ne nous croyait pas vraiment puisque elle n’entendait pas, ne voyait pas et surtout ne sentait absolument rien.  Elle n’avait même pas vu que notre amie Cathy était complètement bouleversée et qu’elle avait eu vraiment peur.  Je me sentais  moi-même un peu démunie face au déni d’Emilie.

Comment devrai-je m’y prendre pour la faire revenir à la raison ?  Je pensais qu’il ne fallait pas la braquer.  En tout cas, ce que j’avais pu percevoir à travers le message de cette entité, c’est qu’elle essayait de toucher mon égo, de me flatter et de ce fait sans doute m’attirer, comme pour Emilie, dans des mauvaises énergies en me manipulant.  Message dont je ne voulais surtout pas tenir compte.  Du coup, nous avons continué notre après-midi à discuter de choses et d’autres, non sans avec un poids sur l’estomac.  J’étais toujours très contrariée et au fond de moi, je ne pouvais pas assister à la dégringolade de mon amie sans réagir.

Dans la semaine qui suivit cet épisode, je prenais de ses nouvelles par téléphone, quand d’un coup, je vis devant moi une femme âgée, toute vêtue de noir, les cheveux tirés en arrière comme pour former un chignon, me regardant avec regard très noir.  Ho lala, qu’est-ce que c’était encore tout ça ?

La suite ici !

Pour contacter Corinne Briche :

2 commentaires

    Laisser un commentaire